Visite du Struthof, l’ancien camp de concentration de Natzweiler

par | Juil 9, 2015 | Musées et monuments, Ouvert le dimanche, Tourisme de mémoire | 26 commentaires

ancien-camp-concentration-nazi-struthof

Le Struthof est un important lieu de mémoire en Alsace. En effet, il se trouve à l’emplacement de l’ancien camp de concentration de Natzweiller seul camp de concentration installé en France. En plus de la visite de l’ancien camp de concentration, il est possible de visiter un musée installé dans un des baraquements du camp, l’ancienne chambre à gaz, une nécropole nationale ainsi que le Centre européen du résistant déporté (qui abrite une exposition). L’ensemble forme ce qu’on appelle le Struthof.

Où se trouve le camp du Struthof ?

L’ancien camp de Natzweiller-Struthof se trouve à Natzwiller dans le Bas-Rhin en Alsace, plus précisément près de Schirmerck dans la Vallée de la Bruche.

Pourquoi visiter le Struthof ?

Le Struthof est un lieu de mémoire très important en Alsace et même en France. En effet, il est situé à l’emplacement du seul camp de concentration installé en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Certes, ce n’est pas la visite la plus gaie que vous pourrez faire en Alsace… mais il me semble important de faire une telle visite. Le Struthof est le genre d’endroit qui horrifie mais fait aussi réfléchir et permet de ne jamais oublier ce qui s’est produit. Un devoir de mémoire indispensable, pour que plus jamais cela ne se reproduise.

Histoire du camp KL Natzweiller

Création du Konzentrationslager Natzweiller

Le camp KL Natzweiler est créé en 1941 sur les ordres de Himmler, le chef de la SS, afin d’exploiter un filon de granit rose découvert à Natzwiller au profit des grands travaux de construction du Reich. Le 1er mai 1941, au lieu-dit « le Struthof », le Konzentrationslager Natzweiler est officiellement ouvert.

Le camp ne reçoit au départ que des détenus d’autres camps de concentration mais devient dès 1942 un camp dit “ouvert”, c’est à dire pouvant recevoir des détenus envoyés directement par les services de sécurité nazie (Sipo). À la fin de l’année 1942, les prisonniers sont aussi affectés à la réparation de moteurs d’avion pour l’armée de l’air allemande (Luftwaffe).

Un four crématoire et une chambre à gaz sont installés au KL Natzweiller. Les nazis créent aussi un ensemble d’une cinquantaine de camps annexes au camp principal de Natzweiler, de chaque côté du Rhin.

L’un des camps les plus meurtriers

Avec un taux de mortalité de 40%, le Struthof est l’un des camps de concentration les plus meurtriers du système nazi. Plus de 2 400 détenus dits Nacht und Nebel (nuit et brouillard), un nom de code désignant les opposants au Reich destinés à disparaître d’une mort lente et douloureuse dans le plus grand secret, y sont envoyés. Le camp est aussi le lieu d’une série d’expériences pseudo-médicales épouvantables (expériences sur les gaz de combat, liées à un vaccin contre le typhus…).

A partir de 944, en raison de l’avance des Alliés, le camp principal et ses camps annexes de la rive gauche du Rhin sont évacués et transférés en Allemagne, principalement en direction de Dachau en Bavière. Ainsi, Natzweiler continue malgré tout d’exister grâce à ses camps annexes situés sur la rive droite du Rhin.

Libération: qui a libéré le camp du Struthof ?

Le camp principal du KL Natzweiler est découvert par les Américains le 25 novembre 1944. Vidé de ses occupants, c’est le premier KL découvert à l’Ouest de l’Europe. Sa fin définitive ne survient toutefois que lors de l’évacuation des camps annexes situés en Allemagne en mars/avril 1945.

Comment visiter le Struthof ?

La visite du Struthof est une visite libre qui comprend plusieurs sites différents:

  • le musée
  • le centre européen du résistant déporté (CERD)
  • le site historique de l’ancien camp de concentration
  • l’ancienne chambre à gaz (située à 1,5km en contrebas du camp)
  • la nécropole nationale et le mémorial

Durée de visite: combien de temps pour visiter le Struthof?

Comptez environ 1h de visite si vous visitez seulement le camp (ce que je ne vous conseille pas: visiter le musée et le CERD est indispensable en complément à mes yeux) et entre 2h et 3h pour visiter l’intégralité du site.

Musée et Centre Européen du Résistant Déporté

Je vous conseille de démarrer la visite du Struthof par la visite du musée et du Centre Européen du Résistant Déporté, qui constituent une bonne introduction à la visite du camp. Il faut bien visiter les deux bâtiments:

  • le musée situé dans une ancienne baraque
  • le Centre Européen du Résistant Déporté, situé au dessus et dans la “Kartoffelkeller”, une immense cave en béton armé

Je trouve important de visiter les deux bâtiments: les expositions retracent l’histoire du camp mais aussi plus généralement l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et des résistances qui se dressèrent en Europe ainsi que la terrible organisation de mise à mort du système concentrationnaire nazi.

J’ai trouvé les expositions du Struthof particulièrement bien faites: elles apportent de nombreux témoignages et objets permettant de comprendre la vie dans le camp ainsi que les projets fous des nazis en général. Le genre d’endroit qui horrifie mais fait aussi réfléchir et permet de ne jamais oublier ce qui s’est produit. Un devoir de mémoire indispensable, pour que plus jamais cela ne se reproduise.

L’ancien camp de concentration d’Alsace

Après la visite du musée, on visite le KL (Konzentrationslager) Natzweiler. Il va sans dire que la visite d’un tel endroit est extrêmement triste et émouvante. On marche ici sur les traces de prisonniers ayant vécu d’épouvantables souffrances, le lieu est marquant.

Les atrocités commises au Struthof contrastent avec la beauté de l’endroit, le Mont Louise, qui offre une vue superbe sur les Vosges environnantes. Voici d’ailleurs une citation de Léon Boutbien, un déporté français: “Ceux qui admireront la beauté naturelle de ce sommet ne pourront croire que cette montagne est maudite parce qu’elle a abrité l’enfer des hommes libres”.

Chambre à gaz

Il faut marcher environ 20 minutes pour rejoindre l‘ancienne chambre à gaz, là encore un lieu terrifiant… Annexe de l’auberge située juste en face, cette salle est d’abord utilisée pour enfermer les premiers déportés en 1941 avant de servir pour le stockage des vivres puis de chambre à gaz à partir de 1942. Celle-ci sert à l’entraînement des SS au port du masque à gaz, puis des séries d’expériences sur le gaz phosgène y sont menées sur les prisonniers. 86 hommes et femmes y ont été assassinés pour la constitution d’une collection anatomique de squelettes juifs destinée à la Reichsuniversität Straßburg.

Mémorial et nécropole

On trouve également au Struthof une Nécropole Nationale regroupant 1116 tombes de Français et d’étrangers morts en déportation. Un mémorial y a été installé: le Mémorial aux Héros et Martyrs de la Déportation, inauguré officiellement en 1960 par le général de Gaulle, alors président de la République française. Haut de 40 mètres et visible depuis la vallée, il représente une flamme et arbore la silhouette émaciée d’un déporté. Le corps du déporté inconnu, symbole de toutes les victimes de la déportation, est placé à l’intérieur du caveau, au pied du Mémorial, ainsi que 14 urnes renfermant de la terre symbolique ou des cendres anonymes provenant des camps de concentration en Allemagne.

Vous êtes intéressé par le tourisme de mémoire ? Découvrez notre guide des lieux de mémoire en Alsace!

guide-lieux-memoire-alsace

Mes photos du Struthof

Infos pratiques

Tarifs et horaires

Vous trouverez ici les dates et horaires d’ouverture ainsi que les tarifs des billets du Struthof. Pour les porteurs du Pass Alsace, l’entrée est gratuite.

Visites guidées

Les visites guidées ont lieu tous les jours à 10h00, 11h00, 14h00, 15h00 et 15h30. La durée est d’une heure maximum.

Accès

En voiture

L’adresse est la suivante: Route Départementale 130, 67130 Natzwiller. Le Struthof se trouve à:

  • 60 km de Strasbourg (environ 55 minutes)
  • 66 km de Colmar (environ 1h10)
  • 108 km de Mulhouse (environ 1h30)

Le parking est gratuit.

En transports en commun

Ce n’est pas possible.

Laurène

Laurène

Laurène est la créatrice du blog Mon week-end en Alsace. Bretonne installée en Alsace depuis 2014, elle est tombée amoureuse de sa région d'adoption au point de lui dédier un blog et d'acheter avec son mari une maison alsacienne dans un village du Kochersberg, près de Strasbourg. A pied, à vélo, sur ses chevaux ou au volant de sa Fiat 500, elle aime partir explorer les moindres recoins de l'Alsace pour dénicher de bonnes adresses à partager sur le blog.

26 Commentaires

  1. herzog francois

    je l ais visite dans les annees 60 65 il y avais l inscription en fer arbeit macht frei elle a disparrue quelqun peu me dire ce qu elle est devenues

    Réponse
    • Laurène

      Elle n’a pas disparu du tout, elle y est toujours!

      Réponse
      • Ernst

        Cette inscription tristement célèbre n’a jamais existé sur le site du camp de concentration de Natzweiler. Le portail actuel – tout comme celui que vous avez pu voir dans les années 1960, n’a absolument rien à voir avec le portail existant à l’époque nazie. Il s’agissait alors d’un simple portail en bois à double battants (très petit). Il n’y avait pas toute la boiserie monumentale comme aujourd’hui. Par ailleurs, il n’y a jamais eu de portail en fer. Les prises de vue effectuées par les Alliés (film et photographies) à la découverte de ce camp à la fin du mois de novembre 1944 sont formels.
        Vous devez très certainement confondre avec les camps de concentration de Dachau, de Sachsenhausen ou encore de Auschwitz I, où est effectivement visible l’inscription ,,Arbeit macht frei” (“le travail rend libre”), voire avec le camp de Buchenwald, où l’inscription est la suivante: ,,Jedem das seine” , c’est-à-dire “à chacun son dû”.
        Cordialement

        Réponse
        • Laurène

          Ah mais oui, vous avez raison! Merci.

          Réponse
        • RESSEGUIER Christian

          je me suis rendu dans ce camp alors que j’avais 15 ans en 1963… j’ai au fond de moi ce souvenir qui ne me quittera jamais; nous avons été enfermé dans la chambre à gaz pendant une dizaine de seconde …

          Réponse
          • Laurène

            C’est marquant, c’est sûr…

  2. vales francis

    bonjour, la tombe de mon grand pére ,eugéne BERGER décédé a Dachau le 17 mai 1945 se trouverait ici au Struthol (tombe 70,carré O,rang 4!!! qui peut me le confirmer et pourquoi sa dépouille a été déplacée du cimetiere du bois(Waaldfriedhof) a Dachant, sans que sa fille ma mére en soit informé!!!!

    Réponse
    • Laurène

      Bonjour,

      Le plus simple serait certainement de contacter le Struthof au 03 88 47 44 67

      Réponse
  3. Danielle

    Mon papa DCD en 2015, a été Résistant-Déporté “Nacht und Nebel” aux camps du Struthof et de Dachau de 1943 à 1945. Il avait 20 ans. Jusqu’à la fin de sa vie, il a toujours eu beaucoup de mal à nous parler de l’enfer vécu dans ces camps de la mort. Nous ne devons surtout pas oublier.

    Réponse
    • Laurène

      Totalement d’accord avec vous… Toutes mes condoléances pour votre père.

      Réponse
  4. blond patrice

    je l.ai visite comment des hommes ont il pus faire sa il merite bien 1 minute de silence

    Réponse
    • Laurène

      Entièrement d’accord…

      Réponse
  5. christel gautier

    bonjour,

    je l ai visite dans les annees 80 avec mes parents j avais environ 11 ans je me souviens de mon pere qui est sorti a la fin de la visite il ne se sentait pas bien ( il a pourtant vecu la guerre ) je reste aujourd hui tres marque parce que j ai vu mais si je pense qu il ne faut pas oublier

    Réponse
    • Laurène

      Bien d’accord avec vous…

      Réponse
  6. anita breton

    j aie visiter ce camp en 1965 j’avais quinze ans je n est jamais oublier mais aujourd , hui beaucoup de gens on oublier c est dommage le monde serrait moins bête

    Réponse
    • Laurène

      Oui il est de notre devoir de ne pas oublier, je suis d’accord avec vous…

      Réponse
  7. ZIMMERMANN

    Je viens de découvrir ce camps par le biais d’un film sur la 3, je suis très curieuse et je me suis donc retrouvé sur votre blog, j’ai l’occasion de me rendre plusieurs fois pas an dans les Vosges, j’ai donc hâte de venir visiter ce camps et surtout à ma fille de 13 ans, cette génération à besoin de savoir…pour ne pas oublier à son tour. Ceux qui ont vécu ces atrocités ont besoin de n’être jamais oubliés.

    Réponse
    • Laurène

      Oui je suis d’accord avec vous, le devoir de mémoire est essentiel…

      Réponse
  8. Sabine Guerin

    Bonjour ,nous voudrions venir visiter le camp cette ete .si cela ai possible
    J’qimerzis avoir de la documentation .

    J’aurais voulu s’avoir si il y a des emplacements pour pouvoir dormir avec un camping car

    Pres du cite.
    Email [email protected]

    Cordialelent

    Réponse
    • Laurène

      Bonjour, demandez plutôt à l’office de tourisme je pense pour la documentation.

      Réponse
  9. jacques andrieux

    J’ ai visité ce camp il y a 3 jours guidé par Stéphanie; Personne trés investie dans son travail, impliquée dans la transmission du souvenir. A la fin de la visite j’ ai parlé avec elle; Il y a 60 ans un médecin, le docteur Jude parla de l’ horreur du camp de mathausen a mon grand père. Trés marqué par son témoingnage, depuis j; ai beaucoup lu . C
    epandant je souhaiterais que vous transmettiez a cette personne le titre de cet ouvrage;” des voix sous la
    cendre”manuscrits des sonderkommandos d’ Auschwitz- Birkenau Edition Calman Levy.Merci a vous tous pour votre travail votre implcation

    Réponse
    • Laurène

      Bonjour, merci pour votre retour. Je ne peux toutefois rien transmettre car je ne connais pas Stéphanie: vous n’êtes pas sur le site du Struthof mais sur un blog qui partage son expérience de visite. Bonne journée!

      Réponse
  10. Bizien

    Merci de partager vos expériences de visite car après m’être recueilli sur les plage du débarquement et au cimetière américain j’ai l’envie de voir de mes propres yeux l’envers qu’ils ont vécu. Je suis Breton et malgré la distance j’irai à se Camp.

    Réponse
    • Laurène

      Avec plaisir. Je comprends très bien, cela mérite d’y aller en effet!

      Réponse
  11. HUMBERT

    J’ai visité le camp vendredi 26 août à 15 h 00 (visite guidée).
    La guide a affirmé qu’il n’y avait jamais eu de femmes prisonnières (hors 4 parachutées exécutées sur place), ni de juifs.
    Mon épouse a soigné une ancienne détenue, au demeurant non juive.
    Par ailleurs, divers sites font état de milliers de prisonnières juives, par ex : wikipedia “camp de concentration de Natzweiler-Struthof”.
    Qui croire ?

    Réponse
    • Laurène

      Je ne pourrais pas vous dire malheureusement :-/

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réservez votre visite de cave!

rue des vignerons

ARTICLES SIMILAIRES

Newsletter

On reste en contact ?

Tenez-vous au courant des derniers bons plans testés par la Team Mon week-end en Alsace en vous abonnant à la newsletter! Elle est envoyée une fois par mois.