vue-chateau-landskron

Je vous emmène pour une balade en famille, de Leymen à Mariastein, entre Alsace et Suisse, à 15 kms de Saint-Louis et de Bâle, pour une balade qui a su combler autant mon envie d’air pur que ma curiosité !

Le Sundgau, la région tout au sud de l’Alsace, est truffée de petits trésors peu connus du grand public. Leymen ne déroge par à la règle, en particulier lorsque le village est associé dans un itinéraire à sa voisine dans le canton de Soleure, Mariastein. La randonnée débute à Leymen, près d’une petite chapelle, sur le même chemin que le sentier autour du château du Landskron.

C’est parti !

On passe d’abord devant une ancienne carrière interdite au public mais qui est impressionnante, même vue de loin. Ensuite, on commence la (douce) montée vers le château. Après être passés à l’orée de la forêt, on longe un pré où se dessine la tour du Landskron, et on passe par un hameau pour continuer notre montée qui s’intensifie un (tout petit) peu. Ici, les maisons sont charmantes, avec des airs de résidences secondaires ! Mais c’est la cabane perchée, au milieu des prés, qui a le plus attiré l’oeil des loulous. Evidemment !

Le château du Landskron et son histoire fascinante

Nous arrivons enfin au château, labellisé monument historique. Pour les fans d’histoire, la sienne est très intéressante : prenez votre temps pour lire les panneaux dans chaque partie du château avec des dates, des anecdotes, un plan d’ensemble… Vous pouvez aussi flasher les QR-Codes ! Les ruines, très bien entretenues par l’association franco-suisse Pro-Landskron, datent du 13e siècle au 18e siècle. Le château a servi d’habitat à la noblesse bâloise, est passé par de nombreuses mains pour finir en tant que forteresse et prison du côté français. Un certain Vauban y a d’ailleurs laissé sa patte. On y dit aussi qu’un ancien noble de la Nouvelle-Orléans, arrivé à la cour de Versailles, aurait été trop pressant avec une jeune Dame, cause de son emprisonnement pendant 21 ans (gloups), jusqu’à la Révolution. Le Landskron sera pillé et bombardé par la population suite aux invasions napoléoniennes au début du 19e siècle.

Ici, les visiteurs se posent un peu partout. Il y a beaucoup de terrasses naturelles qui se prêtent super bien à un goûter ou un pique-nique. On s’y promène en sécurité (en gardant un oeil sur les enfants), même si un passage vous réserve son lot d’adrénaline : les escaliers en métal et en colimaçon qui vous emmènent en haut de la tour, elle-même sur un rocher. La vue est magnifique, on y voit vraiment tous les alentours et particulièrement la campagne suisse et la grande ville voisine : Bâle.

Mariastein et sa chapelle de roche unique !

Et c’est reparti ! A la descente du château, on traverse la frontière avec la Suisse sans s’en apercevoir. La vue est toujours aussi belle et les maisons, souvent d’anciennes fermes, sont très joliment rénovées. De l’autre côté de la colline, on aperçoit enfin Mariastein, ses vignes et son Kloster (monastère), ou “Abbaye de Notre-Dame-de-la-Pierre” en français. L’histoire dit qu’une famille construisit une chapelle dans la pierre consacrée à Marie au 15e siècle, pour lui rendre hommage après qu’elle ait sauvé leur fils vacher de la mort. Un autre miracle se serait produit avec un chevalier quelques décennies plus tard. La légende était née. Le lieu fait aujourd’hui l’objet de nombreux pèlerinages, en quête d’un miracle.

En attestent, lorsque l’on entre dans ce lieu sacré, les centaines de plaques de remerciements, dans toutes les langues, qui couvrent les couloirs menant à la chapelle sacrée. Je l’ai trouvée magnifique ! Je n’en avais jamais vu une pareille : elle est intégrée au monastère mais nichée dans la roche, avec une décoration faite de bois foncé et de dorures, un autel tout en pierre, une superbe statue de Marie et un très bel orgue. Le site abrite la communauté des Moines bénédictins suisses et plusieurs autres chapelles.

C’est la fin de la balade…

Après notre visite dans cette chapelle hors du temps, nous sommes repartis dans la campagne suisse, entre champs et forêt, puis repassés du côté français (à noter que la frontière ici n’est signalée que par un panneau “douane”. Même pas de pointillés au sol, j’étais déçue 😉 ). Dans la forêt, une “surprise” nous attend : une cabane complètement perdue (2e moment d’adrénaline de la journée !). On va vite voir à quoi ressemble cette petite maison, parce que le gros rocher juste derrière est surmonté des ruines de l’ancien château du Waldeck, détruit au 14e siècle, et puis on file rapidement.

Sur la route, le soleil se couche et on fait une dernière rencontre, celle d’un arbre au tronc tortueux… On dirait qu’il sort tout droit de l’univers de Harry Potter, non ?

Pour cette chouette randonnée, comptez 3 bonnes heures, le temps de vous arrêter au château et au Kloster, même encore un peu plus avec l’option pique-nique. Bref, une chouette balade, tout public, qui allie aventure à hauteur d’enfant, nature et culture !

J’ai aimé

  • La longueur de la balade adaptée pour tous
  • Les arrêts “culture” sur le parcours, pour toute la famille
  • Découvrir des ruines de château et une chapelle unique dans la même balade
  • L’itinéraire binational

J’ai moins aimé

  • Je n’ai malheureusement pas eu le temps d’explorer toutes les facettes de Mariastein, parce que, sinon, nous aurions dû traverser la forêt dans la pénombre…

Mes photos de la rando de Leymen à Marienstein

Infos pratiques

Itinéraire

Vous trouverez sur Visorando le parcours de la randonnée.

Départ et arrivée

Chapelle à Leymen, Rue du Landskron

Caractéristiques

  • Distance : 6,6 km
  • Dénivelé positif : 217mètres
  • Durée : 3h

Accès

En voiture

Il faut compter:

  • 47 km de Mulhouse (environ 45 minutes)
  • 75 km de Colmar (environ 1 heure)
  • 147 km de Strasbourg (environ 1 heure 40)
En transports en commun

Pas évident mais vous pouvez toujours regarder sur sur Fluo.